À la Bon'Aventure
Historique

In vitraux – 1ère partie

Alors que la plupart des communes de Bruxelles comportent un riche patrimoine privé de vitraux, principalement Art Nouveau (1890-1910) et Art Déco (1910-1930), notre quartier est assez pauvre en la matière. Muni de mon appareil photo et de mon calepin, je suis parti à la découverte de ce qui existe (encore) près de chez nous. J’ai commencé par la rue Bonaventure, où j’ai fait de sympathiques rencontres !

Au n° 96

Quand on sort de chez PLOEF!, on n’a pas loin à chercher : Vincent a conservé tous les vitraux Art Nouveau de sa maison. Certains attendent encore patiemment dans sa cave d’être réassemblés. Mais ce qui est en place témoigne déjà d’une grande qualité de dessin et de coloris.

rue Bonaventure 96

rue Bonaventure 96

Vincent se souvient qu’au début des années 2000 encore, d’autres maisons avoisinantes présentaient des vitraux : ils furent ensuite retirés pour faire place à de nouveaux châssis, des doubles vitrages, dans le souci d’économiser l’énergie.

Au n° 69
rue Bonaventure 69

rue Bonaventure 69

Sur le trottoir d’en face, se dresse au n°69 une maison à l’architecture originale. Serife, la locataire, est bien contente que les vitraux Art Déco y soient toujours. Elle y est fort attachée, même si elle confirme qu’ils n’offrent guère d’isolation. Mais, ajoute-t-elle, la réglementation d’urbanisme s’est – heureusement – durcie. Il n’est désormais plus question de les supprimer librement !

rue Bonaventure 69

rue Bonaventure 69

Au n°120, en face de la boulangerie, une vaste bâtisse a conservé des vitraux Art Déco de belle facture. Je n’ai cependant pas pu contacter ses résidents.

Au n° 248

C’est une belle surprise, au milieu d’une rangée de maisons bourgeoises dans années ’20 : la maison natale de Michel est la seule à avoir conservé ses vitraux Art Nouveau,

rue Bonaventure 248

rue Bonaventure 248

Michel a racheté cette maison en 2009. Il a toujours entendu dire qu’elle a été, comme ses voisines, bâtie avec des briques fabriquées dans une briqueterie qui se situait alors dans les terrains directement à l’arrière. Maintenant, c’est l’Ecole Joie de Vivre qui s’y trouve.

Merci Michel pour la photo de son vitrail d’imposte, prise par lui depuis son hall, que vous voyez à la Une de l’article !

Jette s’est urbanisée « sur le tard » par rapport à bien d’autres communes bruxelloises. On y trouve un peu de tout : des maisons ouvrières, d’anciens corps de fermes ou encore pas mal d’immeubles de rapport des années ’50-’70. Il est donc bien compréhensible d’y trouver moins de vitraux que dans d’autres communes plus « bourgeoises ». Et en plus, les rénovations intervenues à partir des années ’70 ont rarement été respectueuses du petit patrimoine…

N’hésitez surtout pas à laisser un commentaire à cet article si vous souhaitez présenter les vitraux de votre propre maison !

3 comments for “In vitraux – 1ère partie

  1. Eric Paesmans
    26 janvier 2017 at 14:33

    Bonjour Didier,
    J’ai repéré quelques vitrails dans mon quartier et j’ai envie depuis quelque temps de faire le tour avec mon appareil.
    Eric.

  2. Denis Bouillon
    26 janvier 2017 at 18:14

    Bonne idée Patrick !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *